\n

Promotio Iustitiae n° 105, de janvier 2011 (Publication de la Société de Jésus)

Numéro consacré au thème de l’écologie : une sélection d’articles qui met l’accent sur la façon dont les Jésuites soutiennent cette cause...
Des suggestions pratiques sur la manière de modifier les comportements pour répondre au défi écologique :

Réminiscences théologiques Jacques Haers SJ
La relation intime avec Dieu ne peut être déconnectée du reste de la Création. Nos relations avec Dieu passent par l’ensemble de la Création. Nous ne pouvons nous séparer de la création, et nous ne pouvons pas non plus nous placer en position de supériorité vis-à-vis du reste de la Terre. Nous avons besoin d’une perspective universelle pour affronter les défis à l’échelle de la planète...

Écologie : une perspective théologique indienne, Michael Amaladoss SJMichael Amaladoss, SJ. offre une compréhension théologique de l’écologie à la lumière d’un point de vue indien. Selon la tradition chrétienne, la Création est entrevue comme une entité autonome dont nous sommes détachés, et que nous pouvons dominer et exploiter, par contre selon la tradition advaitique indienne ou non-duale, la perspective est holistique et harmonieuse, et considère le pluralisme comme un don de Dieu au monde. Dieu et la Création ne sont pas considérés comme deux réalités séparées. Dieu est également immanent à la Création. Une approche dichotomique à la Création conduit à une attitude avide et par voie de conséquence à la destruction des ressources naturelles. Si nous désirons sauver notre monde, nous devons commencer à changer radicalement nos attitudes de base...

Spiritualité ignacienne et écologie : entrer en conversation, Joseph Carver SJ Joseph Carver SJ, utilise le cadre de la prière ignatienne de l’examen pour nous aider à réfléchir sur notre relation avec la création. Le but de cet examen est de conduire à une prise de conscience personnelle, à l’appréciation et à l’engagement. Lorsque nous devenons conscients de la Création, nous ne nous focalisons plus sur nos propres poursuites. Cette prise de conscience produit l’appréciation, l’Amour et le Respect...

Le monde est notre maison ! Comment les communautés et les institutions jésuites en Afrique peuvent prendre soin de l’environnement à la lumière de la CG35, Ibe Oghu SJ
La crise écologique défie notre foi et la réconciliation avec la Création est devenue le thème central de la mission jésuite depuis la 35e Congrégation générale. Mais comment atteindre ce résultat ? La spiritualité ignatienne fournit la base d’une réponse aux questions écologiques non seulement d’une façon contemplative, mais aussi à travers les actions pratiques de notre vie et de notre travail. C’est ainsi que nous pouvons rétablir la relation brisée avec la Création et du même coup avec Dieu...

Mondial et pourtant équitable : Combattre le changement climatique soutenir le développement, Johannes Wallacher & Michael Reder
Associer la réduction des effets du changement climatique à la politique de développement est l’un des principaux objectifs des Nations Unies et des populations du monde entier. Malgré d’importants efforts dans ce sens, la communauté internationale n’a pas encore trouvé la réponse adéquate à ce défi. Le dilemme consiste d’une part à éviter le changement climatique dans le but de protéger les générations présentes et futures, et d’autre part à aider les pays en développement à devenir économiquement autosuffisants. Ces économies affirment que la réduction des émissions constitue un obstacle à leur développement économique. L’élimination de la pauvreté mondiale et le suivi du changement climatique ne peuvent être obtenus qu’à travers une coopération internationale, fondée sur des processus justes et transparents qui prennent en considération les principaux aspects de l’équité. Les pays en développement et récemment industrialisés pourront alors jouer un rôle actif dans la réduction du changement climatique sans renoncer à leur droit au développement et à la croissance économique...

La dégradation de la terre et les pauvres – les faits, Allen Kazimierz Ottaro
Le fossé à combler entre les riches et les pauvres étant devenu de nos jours l’une des principales priorités mondiales, la lutte contre la pauvreté et la durabilité environnementale sont d’une importance critique pour réaliser cet objectif. Malgré les efforts et le temps consacré par les Nations Unies à ces questions, le chemin est encore long à parcourir. La fréquence accrue des catastrophes naturelles dans le monde, a retardé l’objectif espéré d’améliorer le niveau de vie des pauvres qui sont les plus touchés par ces phénomènes. C’est justement pour cela que la dégradation environnementale et la réduction de la pauvreté doivent être traitées simultanément lorsque l’on s’efforce de réduire les disparités entre les niveaux de vie.
..

Les pauvres de la Terre : l’espèce la plus en danger, Siiji Varghese
La dégradation de l’environnement et la pauvreté sont directement liées entre elles. La logique qui exploite les classes et soumet les populations aux intérêts de quelques nations puissantes et riches, est la même que celle qui dévaste la terre et pille ses richesses, sans faire preuve de solidarité avec le reste de l’humanité et les générations futures. Chaque année des millions de personnes dans le monde meurent, car elles sont trop pauvres pour rester en vie. Des millions de morts prématurées peuvent être attribués à l’insalubrité de l’eau, à des conditions d’hygiène insuffisantes. Si notre développement anthropocentrique et notre style de vie consumériste sont au cœur de la crise, nous devons redécouvrir notre identité en tant que membres de la communauté planétaire en agissant de concert, que nous soyons riches ou pauvres, afin de sauvegarder l’environnement. Nous espérons que nos efforts conduiront à la guérison de notre planète blessée.

Reconnecter le réseau de nos bonnes relations, Gabriel Lamug Nanawa
Dans le passé, la relation entre l’humanité et la Création était juste et équitable, mais de nos jours nos habitudes consuméristes insatiables associées à d’autres tensions, comme l’accroissement démographique et la surexploitation des ressources naturelles, ont un impact dévastateur sur la Création. La vie de tous ceux qui dépendent de la Terre, est en péril et plus particulièrement celle des pauvres. Si nous voulons sauvegarder notre environnement et la vie des générations présentes et futures, nous devons rétablir le lien intime avec la création et nous reconnecter avec Dieu qui est la véritable source d’amour et de bien-être.

Manger la terre, Gregory Kennedy
Toute vie qui possède un but et un sens (le ‘pourquoi’ de l’existence) indépendamment de son état, a tendance à se perpétuer, quelle que soit la manière dont elle le fait. Dans notre société actuelle, nous faisons preuve d’une très forte énergie vitale malgré la pollution, le changement climatique, l’érosion des sols et les variations météorologiques extrêmes. Les valeurs qui orientent nos actions quotidiennes se basent sur la consommation et le matérialisme, et bien qu’elles soient contre la vie, nous continuons à survivre. La rédemption personnelle obtenue en vivant une foi qui montre Dieu dans toute chose sur la terre, est le premier pas pour sauvegarder la création et compenser nos anciens modes de vie destructeurs...

Les ordres religieux et le soin de la création, Uta Sievers
Sauvegarder la Création de Dieu a fait partie de la tradition chrétienne dès ses origines. D’après une enquête récente sur les Cisterciens et les Trappistes, la Bible est de longue date considérée comme un guide vital, fournissant des principes pour le soin et le maintien de la Création. De nombreux monastères et congrégations religieuses sont engagés dans des projets de sauvegarde de l’environnement à plusieurs niveaux. Parmi ceux-ci, les Franciscains, les Dominicains, les membres de la famille ignatienne et les Green Sisters. Malgré ces efforts, la coopération entre les religieux est encore insuffisante. Il est crucial que l’appel à prendre soin de la Création divine soit unanime et sans frontières, et qu’il se manifeste à travers une promotion commune, si ces efforts doivent être couronnés de succès...

Un jésuite, c’est quelqu’un qui…, Joseph Odour Afulo
Cet article présente le point de vue africain sur les questions liées à la dégradation environnementale ainsi que des suggestions de changement dans les comportements des communautés africaines. Les Jésuites sont appelés à promouvoir la conservation environnementale.

La mission écologique jésuite du point de vue de l’Asie du Sud, Rappai Poothokaren SJ
En tant que chrétiens et êtres humains, nous sommes appelés à être les gardiens de l’Univers, notre devoir principal étant de faire preuve de sensibilité à l’égard de la création, en utilisant avec responsabilité les ressources de la Nature. Les meilleurs résultats peuvent être obtenus à travers des styles de vie durables, respectueux de l’écologie, plus en phase avec la nature. Nous devons considérer notre engagement écologique comme une mission confiée par Dieu qui nous a créés à son image...

La Croissance de la population mondiale : changement de direction,
Lluís Recolons SJ

Dans cet article, après avoir souligné les changements qui ont eu lieu dans la croissance des populations entre la dernière moitié du XX° siècle et les premières années du XXI°, on constate également l’accent mis, dans l’un et l’autre siècle sur les diverses positions en relation avec la population et l’écologie. L’Église au XXI° siècle, sera moins obligée de se concentrer sur les politiques de contrôle de croissance de la population, et devra davantage agir en relation aux thèmes conditionnant l’habitabilité de la planète et la préservation de la nature...

Identité, communauté, mission : Réflexions jubilaires pour mes amis et compagnons, Rudolf Heredia SJ
Quelle est la mission des Jésuites de nos jours et que recherchent-ils ? Rudolf Heredia SJ présente quelques réflexions à la lumière des récentes Congrégations générales de la Communauté jésuite. Il rappelle que le Décret 4 de la CG 32, qui définit la mission jésuite, comme le service de la foi et la promotion de la justice et où la foi relève plus de la confiance pleine d’amour que de la croyance intellectuelle. Fr Heredia, évoque également le mysticisme ignatien de l’action qui doit conduire Jésus à la recherche incessante d’un plus grand bien, à la recherche de Dieu dans toute chose, et de toute chose en Dieu...

Merci aux membres CCC de nous avoir signalé ce numéro à lire en ligne.