logo article ou rubrique
Moi, la finance et le développement durable (n°138)
Article mis en ligne le 20 septembre 2010
dernière modification le 15 novembre 2019

Le 29 Septembre prochain, c’est la sortie d’un film-documentaire : « Moi, la finance et le développement durable » de Jocelyne Lemaire-Darnaud.

Un jour, sa banque lui téléphone pour lui proposer de placer de l’argent sur un livret « développement durable ». Elle interroge son banquier :

  • développement de quoi ?
  • durable pour qui ?

On n’a pas su lui répondre…mais la personne au bout du fil lui a promis de se renseigner et de la rappeler. Depuis, pas de nouvelles ! Alors, elle a pris sa caméra !

Elle dit ensuite :

« Ce film-enquête est une réflexion sur la schizophrénie dans laquelle nous enferme le système capitaliste ultra-libéral. Nous dénonçons les abus des grandes entreprises, la destruction des territoires, le non-respect du droit humain, les drames sociaux et les licenciements sans nous interroger réellement sur la circulation de notre argent et de ce que cela produit. Comment fructifie-t-il ? On nous incite sans cesse à épargner en nous parlant de la rentabilité de l’épargne. J’ai choisi d’aller voir ce qu’elle nous coûte !!! »

La question qu’elle pose dans le film est : comment pouvons-nous placer notre argent sur des comptes en banque (même sans parler de spéculation) sans jouer contre les autres ou la planète ?

…et de constater que la plupart des banques, les assurances, les grands investisseurs utilisent ces ressources pour financer des projets ou des entreprises qui vont dans le sens opposé du monde qu’il faudrait construire.
« Mon but, dit-elle, est de montrer à quel point nous sommes ignorants de notre propre rôle. Il faut demander des comptes au système financier sur ce que produit notre argent. La clé du changement ne peut venir que de la transparence que nous pouvons et devons exiger…On peut toujours souhaiter, voire militer pour un monde plus équitable mais tant qu’on ne s’interrogera pas sur la circulation de l’argent et la façon dont l’argent prospère, rien ne pourra changer.

(Pour la petite histoire, Jocelyne Lemaire-Darnaud a découvert que sa banque finançait par exemple, de l’armement et en particulier des bombes à sous-munitions, qui mutilent les enfants et empêchent de cultiver ces terrains truffés d’explosifs.)

Destruction des territoires, mépris des hommes, exploitation des salariés, voilà ce que rapporte notre argent quand il est géré de façon irresponsable…tandis que notre épargne pourrait servir à créer ou à soutenir des entreprises responsables qui répondent à nos attentes, qui créent de l’emploi pour les jeunes, qui se préoccupent de l’environnement, qui choisissent de relocaliser la production et l’économie.

C’est ça le vrai développement durable.


Pour Radio Présence

qrcode:http://ccc.cvxfrance.com/Moi-la-finance-et-le-developpement-durable-no138