\n

Pourquoi Dieu a t’il inventé l’écologie ?

Hors série de la Vie : Pourquoi Dieu a t’il inventé l’écologie ? Décembre 2005

Hugues nous a conseillé de lire ce N° et il a bien fait. Pour vous y inciter davantage je vous dis ce que j’ai retenu du dernier chapitre : « la planète des chrétiens ».

  • Les orthodoxes d’abord : la crise écologique est essentiellement spirituelle. L’homme a perdu sa relation à Dieu et la sacralité du cosmos. Dimension écologique du jeûne : pratiquer l’ascèse et l’auto limitation c’est passer à une manière de vivre plus simple. Par la célébration eucharistique, dans le pain et le vin nous nous offrons nous mêmes et tout ce que Dieu nous a donné dans sa création. A la messe tous les éléments de la création (le blé, l’huile, le pain, le vin, l’encens, l’eau, le feu, le bois) sont offerts à Dieu.
    Alors que nous savons que nous allons droit dans le mur, comment se fait-il que rien ne change dans nos comportements. Etre informé est nécessaire mais il faut que cette information nous brule au point que nous ressentions le besoin intérieur d’un changement. L’écospiritualité n’acquiert sa plénitude que si elle s’incarne dans des engagements citoyens et de nouveaux modes de vie.
  • Jean Marie Pelt. C’est après les avoir détruits que nous prenons conscience de nos grands équilibres naturels. Autrefois les biens de l’univers étaient jugés inépuisables car chacun quittait à sa mort un monde tel qu’il l’avait trouvé à sa naissance. Avec Noé, la nouvelle alliance s’étend à tous les êtres vivants de la terre entière. Dans la Bible il y a solidarité de l’homme, de l’animal et de la plante.
  • De François Euvé je retiens que le « dominez » du premier récit de la création doit être pris dans le sens du berger qui domine par la douceur. Du Deutéronome au Lévitique on passe d’une vision cosmique à une vision historique (celle qui dure encore). S’il y a une crise dans la relation de l’homme à la nature c’est qu’il y a une crise dans la relation de l’homme à l’homme. L’exploitation sans limites de la nature est une violence à son encontre comme elle l’est à l’encontre de l’humanité.
  • Jean Bastaire affirme que la création n’est pas un surplus, un environnement : elle est la chair dont l’homme est fait. Citant St François et sa fraternité cosmique, Dostoïevski : « toutes les créatures jusqu’à la plus humble feuille, aspirent au Verbe, chantent la gloire de Dieu » et Claudel : nous avons mandat d’aller prêcher l’Evangile à toutes les cratures, non pas seulement aux hommes.
    Faisant enfin état de la campagne « Noël autrement »incitant à la simplicité et la sobriété, sachons faire la distinction entre le nécessaire et le superflu. Suivons les conseils de Mgr Marc Stenger en changeant nos modes de vie car Dieu a confié la terre à tous les hommes et l’Eglise nous dit que c’est un devoir de respecter la création.