logo article ou rubrique
Le transport fluvial (n° 64)
Article mis en ligne le 19 janvier 2009
dernière modification le 17 novembre 2019

La France dispose du 1er réseau fluvial d’Europe, devant l’Allemagne et les Pays Bas. Malheureusement, depuis une quarantaine d’années, on a négligé ce mode de transport pour privilégier la route. On n’a pas entretenu les voies d’eau de manière suffisante ni pratiqué les mises aux normes des pays voisins. C’est un mode de transport sous-utilisé.

6 grandes enseignes de la distribution : Auchan, Casino, Carrefour, Conforama, Ikéa et Leroy Merlin ont souscrit au protocole « grande distribution et transport fluvial », applicable sur l’axe Rhône/Saône. Ils se sont engagés à privilégier la voie fluviale…pour acheminer leurs denrées non-alimentaires. La flambée des prix du pétrole a eu, dans ce domaine, des retombées intéressantes. Ainsi, aujourd’hui, les barges circulant sur le Rhône et la Saône pour acheminer des marchandises vers ces lieux de vente permettent de retirer des axes routiers 5850 camions par an et d’éviter l’émission de 1469 tonnes de CO2.

Dans notre pays, la répartition des modes de transport des marchandises est à peu près le suivant :
73% par la route,
16% par voie ferrée,
11% seulement par voie d’eau.
Depuis quelques années, les pouvoirs publics et les transporteurs redécouvrent les qualités de la voie d’eau : sécurité, fiabilité, ponctualité et faible consommation énergétique. Mais aussi très bonne efficacité pour le transport des granulats, des déchets, des céréales, du charbon.
Ainsi, pour transporter 5000 tonnes, 2 barges de 2500 t sont nécessaires ou bien 7 barges de 800 t, là où il faudrait 220 semi-remorques, soit un convoi routier de 6 kms.

Le transport fluvial ne peut reprendre sa place qu’avec un maillage efficace pour relier les régions et les pays entre eux.
La région parisienne, avec ses 11M d’habitants, est de plus en plus approvisionnée grâce à la Seine et aux liaisons vers la Normandie et ses ports de Rouen et Le Havre mais aussi vers le Nord et les pays nordiques.

Comme c’est le cas le plus souvent, on peut constater qu’il suffit de bon sens et d’une volonté politique pour que des mesures soient prises.
Dans la table ronde du Grenelle de l’Environnement intitulée « Mobilité et Transports », on a redécouvert les faveurs du transport fluvial et fait de ce secteur une priorité absolue dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Pour Radio Présence

qrcode:http://ccc.cvxfrance.com/Le-transport-fluvial-no-64