\n

Carême : l’alimentation (n°116)

Pour le carême 2009, un secteur paroissial des Yvelines avait choisi d’axer sa réflexion sur le rapport au créé et donc au Dieu Créateur.
Prendre soin de la création n’est pas une mode.

  • C’est une affaire spirituelle puisqu’elle commence par un acte d’adoration vis-à-vis du Créateur.
  • C’est une affaire morale puisque l’acte d’adoration doit se poursuivre par une action.

Pendant les 5 semaines de carême, je vous proposerai donc ce parcours autour de 5 thèmes différents avec des propositions de gestes concrets.

Le 1er de ces thèmes est l’ALIMENTATION.

Plus de 6 milliards d’habitants sur la Terre aujourd’hui, sans doute plusde 9 milliards en 2050 !

En 2010 : 1 milliard d’êtres humains sous-alimentés ou affamés.
L’agriculture industrielle au Brésil, en Argentine, par exemple, chasse les paysans de leurs terres pour des monocultures de soja qui serviront à nourrir nos bovins et nos poulets ou de canne à sucre pour faire des agrocarburants. Nos agricultures du nord, productives et mécanisées, concurrencent les agricultures du sud, le plus souvent manuelles.
Une approche technologique uniquement fondée sur les OGM et les pesticides serait la fuite en avant d’un modèle non durable qui sert surtout les intérêts des industries agroalimentaires, avec des risques pour la santé. Mieux valent une autonomie alimentaire régionale et une agriculture verte.
On perçoit donc la nécessité d’une régulation du commerce international, favorisant en particulier les systèmes alimentaires de proximité.

Questions à se poser :

  • Est-ce que je sais d’où vient mon alimentation ?
  • Quelles sont les conséquences des énormes variations de prix des matières premières de base (riz, blé, maïs…) sur les différentes populations ?
  • Suis-je prêt à convertir ma manière d’acheter et de m’alimenter ?

Je peux choisir parmi ces quelques gestes :

 ? Je choisis des produits de saison, produits labellisés, produits bio, de proximité.

 ? J’agis pour que la restauration collective favorise l’utilisation de produits de saison et de proximité.

 ? Je m’informe des conséquences de mes habitudes alimentaires : par ex : 1kg de protéines animales nécessitent l’équivalent de 7 à 9kg de protéines végétales pour nourrir ces animaux.

 ? Je médite sur la phrase du Notre Père : « Donne-nous notre pain de ce jour »

 ? Enfin, le jeûne du Carême n’est pas fait pour nous priver mais pour nous aider à donner du sens aux dons que Dieu nous a faits. C’est peut-être le moment privilégié pour convertir nos gestes quotidiens.