Le lombricompostage (n°111) - Atelier CVX CCC

Le lombricompostage (n°111)

Comment réduire ses déchets, avoir un terreau et de l’engrais gratuitement, se rapprocher de la nature, même si l’on vit en appartement ?

Notre mode de vie de plus en plus citadin nous a éloignés d’une des vérités élémentaires les plus essentielles : c’est grâce à cette fine pellicule qui recouvre la Terre que la vie est possible. L’humus, dont l’épaisseur atteint au maximum quelques dizaines de cms, s’est formé au long de millions et de millions d’années grâce à l’action combinée des animaux, des bactéries et des champignons pour décomposer tous les organismes vivants, végétaux, animaux et humains. C’est cet humus (dont la racine du mot est la même que celle de homme) qui va permettre aux plantes de toutes espèces de pousser et au final de nous nourrir.

Ce cycle naturel que tous les hommes à travers les siècles et à travers le monde ont respecté, nous sommes en train de l’oublier. Une grande partie de ce qui pourrait enrichir la terre part dans une fosse sceptique ou dans le tout à l’égout.

Nos épluchures de fruits et légumes, nos déchets organiques qui finissaient sur le tas de fumier ou le compost au fond du jardin avant de retourner à la terre, emplissent aujourd’hui nos poubelles et contribuent au problème de la surabondance des déchets dont on ne sait plus trop quoi faire.

Et quel gaspillage !

Une solution : faire son compost !

Pour ceux qui ont un jardin, 1 ou 2 carrés fabriqués avec des palettes debout- la décomposition se faisant mieux à l’air libre- est facile à réaliser et plus efficace qu’un conteneur en plastique.

Mais il existe aussi une solution pour ceux qui sont en appartement : le lombricomposteur. Comme son nom l’indique, ce sont des lombrics, certains types de vers de terre que l’on invite chez soi. Véritables « ingénieurs du sol », ils sont capables, grâce à leur digestion, de transformer les déchets organiques (épluchures, cartons sans encre, riches en cellulose, cheveux et même sacs d’aspirateur…) de les transformer donc en terreau riche en matière minérale absorbable par les plantes via leurs racines.

Installé dans la cuisine, le cellier ou le garage, le lombricomposteur est composé de 4 bacs en plastique noir superposés dont le fond est percé de petits orifices permettant aux vers de changer de niveau. Chaque jour, on ajoute leur nourriture : nos déchets qu’ils vont digérer 24h/24. Et ils vont restituer des kg d’engrais liquide et solide, à épandre sur nos plate-bandes, dans nos jardins, et pourquoi pas à partager avec nos voisins.

Qu’on ne s’inquiète pas : ce n’est pas sale, ça ne sent pas mauvais : simplement, une odeur de sous-bois !


Pour Radio Présence

juillet 2020 :

Rien pour ce mois

juin 2020 | août 2020

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?